L'ours noir qui ne l'était pas.

Selon la légende Kitasoo, il y a très longtemps, alors que les glaciers se retiraient, Raven a créé le monde verdoyant que nous connaissons. Mais il a décidé de donner la couleur blanche à quelques ours en souvenir du temps où les glaces recouvraient tout. Cet ours noir de couleur blanche, est connu aujourd'hui sous le nom de "Spirit bear" ou d'ours de Kermode. On le rencontre dans la « Great Bear Rainforest » sur la cote de Colombie Britannique. Il existe d'autres couleurs de pelage chez l'ours noir, comme l'ours des glaciers qui prend des reflets bleus, ou une forme brune ou cannelle qui se retrouve davantage en milieu ouvert.

Voici quelques photos d’un petit ours cannelle aperçu sur la route de Fort Résolution.

Les jours se suivent, et avec eux la suite sans fin des découvertes et des surprises.

Rêveries

Après le blanc, la neige et cet hiver si beau et si long,

Quel plaisir que de s’allonger dans la mousse pour faire quelques photos.

Peu importe les premiers moustiques.

Le long de la rivière,

L’éclat mauve des Calypsos bulbeux.

Je me découvre quelques affinités avec les papillons,

On cherche les fleurs et on se repose cote à cote, ivre de printemps,

Dans une tache de soleil.

Le printemps.

Le printemps est arrivé.  Comme une bourrasque de vent chaud qui s’est abattu subitement sur les grandes étendues du nord. Les ruisseaux se sont remis à couler, les bruits de l’eau ont rompu le silence de l’hiver.  Les premiers oiseaux sont arrivés, les goélands, puis les pélicans, les canards et les premières grues. En quelques jours la nature s’est réveillée.

Le printemps glisse sur le nord avec des bruits d’oiseaux et des gerbes de soleil. 

Les premières chaleurs ont aussi fait sortir les couleuvres qui avaient trouvé refuge sous terre et l’espace de quelques jours le sous-bois est rempli du bruissement des serpents qui s’emmêlent et cherchent l’amour.

Autour du lac Grosbeak les plaines salées découvrent leurs paysages lunaires, où le sel a remplacé la neige. Au sol, les premières traces d’ours. Le printemps arrive et avec lui beaucoup de belles découvertes.

Yellowknife

Passage éclair à Yellowknife, trop rapide pour tout voir, assez pour être émerveillé par la belle effervescence qui règne ici. Route de glace vers Dettah, skieurs, touristes asiatiques en quête d'aurores, traineaux à chiens ou randonneurs se cotoient pèle-mêle à la clarté d'un soleil furtif mais magnifique. Belle ambiance du nord!

Rapids of the Drowned

Les rapides des noyés ont quelque chose de mystérieux

Pas seulement le nom

Peut être est ce brouillard qui ne s’en va jamais

La silhouette grise des glaces dans le courant

Chocs sourds des blocs qui se heurtent

 

Mais ce matin, le soleil était comme un immense feu follet,

Qui dansait au-dessus des Rapides des Noyés.

La glace craquait et murmurait,

La rivière toute entière semblait parler.

Accrocher l'hiver

Il y a parfois des jours sans soleil, des nuits sans étoile, il y a parfois des paysages au langage incompréhensible, mais il reste toujours ce détail, quelque part qui accroche l’œil, qui accroche le cœur.

Je déchiffre le monde par morceaux de lumière

Avec la ponctuation des ombres

Et la main de la femme que j’aime, qui me dit vas-y.

 

A la rencontre de l'aube.

 

Hier, je suis allé à la rencontre du jour. J’ai traversé la dernière heure de la nuit en marchant le long de la rivière aux Esclaves. Seul. Combien faisait il? -40oC avec le vent? J’ai marché vers l’aube, vers les gouttes de lumière qui s’étalaient sur l’horizon bleu. Bientôt, les étoiles ont disparu et le ciel s’est mit à scintiller comme de l’or.

Au loin, les rapides qui refusent encore de se faire prendre par la glace laissaient échapper une longue traine de brouillard givré.

Le temps n’existait plus.

Un grand faucon s’est envolé sans un bruit devant moi et est allé tourner au-dessus de la rivière. Il y avait une douceur dans ces instants que les mots ne peuvent pas traduire. C’est le mariage de la lumière et du silence, la douce euphorie de l’aube qui me faisait courir d’une photo à l’autre.